dakar

dakar

Le 27 avril 1848, l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises est décrétée à l’initiative de Victor Schoelcher. Une cérémonie de commémoration devait avoir lieu aujourd’hui à la mairie de Dakar, mais a dû être annulée en raison de l’épidémie de coronavirus. L’association Mémoires et Partages, basée à Bordeaux en France et à Dakar, a donc organisé ce lundi une journée de commémorations virtuelles, sur Facebook, pour ne pas oublier cette page d’histoire.

« Cette pandémie du Covid réveille encore une fois le souvenir d’une des conséquences de l’esclavage et de la traite. On se rappelle de toutes ces polémiques qu’il y a eu autour des tests qu’il faut faire sur les Africains. La question du racisme est une question qui est malheureusement permanente. Donc plus que jamais il nous faut célébrer ceux dont le sacrifice nous a permis d’être encore là et d’espérer des sociétés meilleures », explique Karfa Sira Diallo, le président de l’association Mémoires et Partages, au micro de notre correspondante à Dakar, Charlotte Idrac. Cela fait dix ans que l’Assemblée nationale sénégalaise a déclaré la traite des Noirs et de l’esclavage crimes contre l’humanité. Le Sénégal a été le premier pays du continent à le faire, et reste le seul à ce jour.

  • Le pic toujours pas atteint en Côte d’Ivoire

Quatroze nouveaux cas de Covid-19 ont été annoncés ce 27 avril en Côte d’Ivoire. Cela porte à 1 164 le nombre de cas confirmés. « Nous n’avons pas atteint le pic de l’épidémie », prévient le Dr Edith Kouassi, du ministère de la Santé.

  • La Guinée franchit la barre des 1 000 cas positifs

La Guinée a dépassé dimanche les 1 000 cas confirmés de coronavirus. « Nous avons enregistré pour la seule journée d’aujourd’hui (dimanche) 98 nouveaux cas, qui font au total 1 094 cas positifs et malheureusement sept décès », a déclaré à l’AFP Sory Keïra, le porte-parole de l’Agence nationale de la sécurité sanitaire (ANSS), l’organe officiel de gestion de l’épidémie dans le pays.

Malgré l’instauration du couvre-feu, la fermeture des établissements scolaires, des lieux de cultes, des frontières, et l’obligation du port du masque, le virus continue de se propager en Guinée. Plusieurs hauts responsables ont été contaminés : Sékou Kourouma, le secrétaire général du gouvernement, et Salif Kébé, président de la Commission électorale, sont décédés du coronavirus. Le directeur général de l’ANSS, le docteur Sakoba Keita, a également été testé positif au Covid-19 la semaine dernière.

  • Le confinement élargi à de nouvelles provinces au Soudan

Le ministère soudanais de la Santé a annoncé que douze nouveaux cas de Covid-19 ont été détectés, portant à 174 le nombre de cas recensés dans le pays depuis le début de la pandémie. Par ailleurs, les mesures d’isolement pour l’instant limitées à la région de Khartoum, en confinement depuis dix jours, commencent à être élargies à d’autres provinces. Le gouverneur du Nord-Darfour a placé la capitale régionale El-Fasher en quarantaine ce dimanche. Les entrées et sorties sont interdites et les marchés sont fermés à compter de ce lundi. Samedi, ce sont les provinces du Sud-Darfour, de Gedaref et de la Mer Rouge qui ont été confinées sur ordre de leur gouverneur, et ce pour une durée de dix jours. Seuls peuvent circuler les véhicules des services de santé et les camions transportant des produits de première nécessité.

  • Au Kenya, les mesures de restriction prolongées

Le président kényan Uhuru Kenyatta a annoncé dimanche la prolongation pour un mois de la fermeture des établissements scolaires, une mesure qui prendra effet le 4 mai, date à laquelle les écoles devaient rouvrir leurs portes. Durant le week-end, le chef d’Etat avait déjà annoncé la prolongation du couvre-feu dans la capitale et l’isolement des régions de Nairobi, Mombasa, Kilifi et Kwale pour 21 jours supplémentaires.

Les restaurants, eux, vont rouvrir, a annoncé ce lundi matin le ministère de la Santé. Mais sous plusieurs conditions très strictes : les employés de tous les établissements doivent ê

Laisser un commentaire